IUT Chambéry

Environnement stimulant pour jeunes talents

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Après 4 ans passés au laboratoire Lepmi, Zeinab El-Moussawi a soutenu sa thèse de doctorat intitulée "Matériaux composites nano-architecturés à base de nanotubes de carbone pour application photovoltaïque" le vendredi 14 décembre 2018 à l’IUT de Chambéry.

 

 

Durant ses années passées au sein de l’équipe LMOPS du laboratoire LEPMI, Zeinab a développé non seulement des compétences scientifiques et intellectuelles mais également personnelles.

« Mes encadrants et moi avons collaboré avec plusieurs laboratoires pour réaliser des manips. Ces collaborations m’ont permis d’agrandir mon cercle de connaissances et donc d’enrichir mes échanges et mes idées scientifiques. »

Sa recherche au labo lui a permis de présenter ses résultats au cours de journées scientifiques et lors de congrès internationaux. Ces congrès sont de magnifiques expériences durant lesquelles elle a eu l’occasion de rencontrer des scientifiques d’origine très variées, travaillant ou non dans son domaine d’expertise. Elle a pu échanger, développer des connaissances, aller plus loin dans ses conclusions et perspectives de résultats de thèse. Aujourd’hui, ces travaux font l’objet d’articles scientifiques déjà publiés dans des revues scientifiques ou en cours de rédaction.

Originaire du Liban, c’est sans parler un mot de français que Zeinab commence à travailler au laboratoire.

« J’ai appris le français lors de formations mais surtout grâce à une pratique quotidienne avec les membres de l’équipe qui n’ont pas hésité à m’expliquer des mots que je ne comprenais pas, à enrichir mon vocabulaire et à m’apprendre des expressions de la vie quotidienne. Tout cela s’est fait très rapidement grâce à l’excellente humeur qui règne entre collègues et encadrants. J’ai été très bien accueillie et tout de suite intégrée à l’équipe. »

 

Zoom sur la thèse de Zeinab

La thèse de Zeinab a porté sur le développement de nouveaux matériaux photoactifs pour le photovoltaïque organique (design de structures chimiques, élaboration par synthèse chimique, caractérisations des propriétés et mise en œuvre).

Dans le cadre de cette thèse, elle a proposé et validé un nouveau concept consistant à développer les nanotubes de carbone monoparois SWNT comme matériaux actifs accepteurs d’électrons alternatifs au PCBM (dérivé de fullerène) usuellement utilisé dans le photovoltaïque organique. Elle a développé une voie de synthèse chimique basée sur la modification chimique contrôlée des SWNT et la quantification de leur degré de fonctionnalisation.

Ce nouveau concept a permis l’élaboration des SWNT « sur mesure » avec des conductivités et des propriétés optiques et électrochimiques modulables et adéquates avec les propriétés requises pour une intégration dans les dispositifs photovoltaïques « plastiques ».

De plus, la fonctionnalisation contrôlée des SWNT induit un effet dispersant permettant de faciliter leur intégration dans les dispositifs PV en utilisant les technologies de mise en œuvre par voie solvant existantes comme l’impression par jet d’encre ou roll-to-roll.

La preuve de ce concept a été validée grâce aux tests en cellules photovoltaïques réalisées au laboratoire LMOPS/LEPMI. 

 

Calendrier

Avril 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30